Billy's Joy

Texte Victor Afung Lauwers
Musiqie Maarten Seghers
Mise en scène, scénographie, costumes​ Jan Lauwers
Avec Nao Albet, Grace Ellen Barkey, Gonzalo Cunill, Martha Gardner, Romy Louise Lauwers, Juan Navarro, Maarten Seghers, Meron Verbelen

Dramaturgie Elke Janssens, Erwin Jans
Assistante mise-en-scène Emily Hehl
Production Marjolein Demey

Une production de Needcompany
Co-production Perpodium
Réalisé avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge et des autorités flamandes

C’est en 2021 que débute l’histoire d’un diptyque sur l’œuvre de William Shakespeare. 

Pour ‘Billy’s Violence’ (2021), le premier volet de ce diptyque, Victor Afung Lauwers a exploré dix tragédies de Shakespeare qu’il a réécrites sous forme de dialogues intimes, violemment pleins d’amour, au cœur desquels c’est la femme que l’on retrouve, dénués de toute référence historique, de toute dimension anecdotique. Un spectacle dans la plus pure tradition de Needcompany : Jan Lauwers signe la mise en scène, le décor et les costumes, Maarten Seghers a composé la musique, et le tout avec une distribution internationale. Les réactions à propos de ce spectacle ont été très enthousiastes. 

Le désir de poursuivre cette histoire intense était trop grand parmi l’équipe artistique, tant chez les acteurs que l’équipe technique, il y aura donc une suite : ‘Billy's Joy’. Victor Lauwers s’attelle une nouvelle fois à l’adaptation de textes de Shakespeare. Et c’est sur les comédies qu’il jette son dévolu, dans une mise en scène de Jan Lauwers avec une musique de Maarten Seghers. Voilà qui promet une fois encore un spectacle radical, en quête de la notion contemporaine de joie. 

 

‘Il y a beaucoup de facettes de la joie. Je veux me concentrer sur une seule facette, celle de la réconciliation. La réconciliation est un concept dont on peut discuter longuement. C’est un thème important dans l’œuvre cosmique de Shakespeare. L’idée que les comédies sont amusantes et pas les tragédies est en fait une mauvaise interprétation. Du point de vue de la poétique, la seule différence entre la comédie et la tragédie (selon Arristote) est qu’une comédie finit bien et une tragédie finit mal. Que le début ou le corps d’une histoire soit sombre ou joyeux n’importe pas.

La réconciliation est un repère de la société. Sans la capacité de nous réconcilier, nous perdons notre dignité. D’autre part, depuis Saint Augustin, la réconciliation implique le péché originel. La réconciliation avec Dieu, par la confession et l’acquittement de nos péchés, est centrale dans la théologie chrétienne, à laquelle nous devons en grande partie la formation de notre société.

Les pages des comédies constituent un recueil de prismes de l’érotisme, du pastiche à l’obscur. On peut dire que, là où la tragédie est une pornographie de la souffrance humaine, la comédie voile la souffrance avec le bonheur humain.

Il n’est pas nécessaire de s’étendre sur la pertinence du choix en faveur de Shakespeare. En fait, cela fait longtemps qu’il n’est plus nécessaire d’exécuter des textes canoniques comme ceux de Shakespeare. Ce n’est pas non plus mon but de monter une pièce de répertoire. Je me concentre plutôt sur l’histoire, c’est-à-dire sur nos erreurs. Celui qui ne veut pas connaître le passé, ne veut pas se connaître lui-même. Le traitement du passé est une question identitaire fondamentale, pour ne pas dire un droit primordial, et il n’y a pas une seule personne ou instance dans une société où la réconciliation est possible qui puisse priver un artiste ou son public de ce droit.’

- Victor Afung Lauwers

> Read more

Texte Victor Afung Lauwers
Musiqie Maarten Seghers
Mise en scène, scénographie, costumes​ Jan Lauwers
Avec Nao Albet, Grace Ellen Barkey, Gonzalo Cunill, Martha Gardner, Romy Louise Lauwers, Juan Navarro, Maarten Seghers, Meron Verbelen

Dramaturgie Elke Janssens, Erwin Jans
Assistante mise-en-scène Emily Hehl
Production Marjolein Demey

Une production de Needcompany
Co-production Perpodium
Réalisé avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge et des autorités flamandes

This site uses cookies. By continuing to browse the site, you are agreeing to our cookies policy.