Home
⪡JanAndGraceSubNav⪢
⪡Index⪢
⪡Review⪢

Jan Lauwers sur La maison des cerfs:

"L’art, au fond, parle de l’homme et de l’humanité, et toute expression artistique de qualité est un autoportrait de l’observateur. ‘On voit ce qu’on a appris.’ Dans le théâtre de qualité, il arrive des choses qui sont impossibles dans l’art vidéo, le cinéma ou l’art plastique. Le théâtre en tant que médium a le lien le plus direct avec ‘l’humanité’ dans le sens où il est représenté par des gens et pour des gens. Il est nécessaire de rechercher cette humanité afin que le théâtre puisse se redéfinir pour pouvoir survivre. C’est pourquoi il est nécessaire de raconter de nouvelles histoires.

Les événements périphériques, parfois tragiques, qui se déroulent dans l’intimité de NC ont inspiré l’écriture de La maison des cerfs. Au moment où nous étions en tournée quelque part en France, l’une des danseuses, Tijen Lawton, a appris que son frère, le journaliste de guerre Kerem Lawton, avait été tué au Kosovo. La mort tragique de Lawton est le point de départ d’un texte sur un groupe de gens de théâtre confrontés de façon de plus en plus directe à la dure réalité du monde qu’ils sillonnent. Tout est politique, mais l’art n’est pas tout. L’art tombe toujours entre les plis de l’histoire, est inutile et n’influence pas le moindre événement, et c’est là que réside sa mystérieuse nécessité."

A l’été 2008, le Festival de Salzbourg a invité Jan Lauwers à créer un nouveau spectacle, La maison des cerfs. Après La chambre d’Isabella (2004) et Le Bazar du Homard (2006), ce spectacle constitue le dernier volet de la trilogie de l’humanité: Sad Face / Happy Face. Cette trilogie a été jouée pour la première fois dans son intégralité au Festival de Salzbourg.

Première
Perner-Insel, Hallein, Salzburger Festspiele
28 juillet 2008

Texte, mise en scène, images
Jan Lauwers

Avec
Grace Ellen Barkey, Anneke Bonnema, Hans Petter Dahl, Viviane De Muynck, Misha Downey, Julien Faure, Benoît Gob, Yumiko Funaya, Maarten Seghers, Eléonore Valère (remplace Tijen Lawton) et Inge Van Bruystegem.

Musique
Hans Petter Dahl, Maarten Seghers
Excepté « Song for the deer house », écrit par Jan Lauwers

Costumes
Lot Lemm

Une production de Needcompany et du Festival de Salzbourg.

Coproduction:
Schauspielhaus Zurich, PACT Zollverein (Essen).

Avec la collaboration du deSingel (Anvers),
La Rose des vents (Scène national de Villeneuve d’Ascq) et Kaaitheater (Bruxelles).

Avec le soutien des autorités flamandes.